Pages

lundi 12 décembre 2016

Glass : GlassWorlds Vol. 4 reviews



International Classical Music Awards : 2016 Nominee



International Piano (September 2016) : ***** Glass enthusiasts need not hesitate

Horvath’s playing, always unhurried, ensures that the desolation of ‘Why does someone have to die’ emerges as the emotional hub. It is fascinating to hear Glass’s take on Viennese Waltz (the 1977 Modern Love Waltz); and to have the world premiere of the composer’s own 2007 transcription of Notes on a Scandal, a fascinating, enigmatic piece. …Horvath brings an unremittingly hard touch to the hypnotic Music in Fifths. Glass enthusiasts need not hesitate



LesVeillesMusicales "L’ÂGE DE GLASS" On a écouté toute la nuit l'album "Glassworlds 4" de Nicolas Horvath

Quoi de mieux qu’une bonne période glaciaire pour lutter contre la canicule ? Quoi de mieux qu’une salle obscure pour retrouver un peu d’enthousiasme dans un monde qui en manque cruellement ? Raté. « L’Age De Glace 5 » nous a laissés froids (je me comprends). Scénario approximatif et gags recyclés ne font pas un bon film.

Pourquoi perdre tant de place à vous dire du mal des gens ? Parce que les séries se suivent et ne se ressemblent pas. Et parce qu’il faut que je justifie le titre de cette chronique. En juin dernier est sorti le volume 4 de l’intégrale de l’œuvre pour piano de Philip Glass, par Nicolas Horvath. Le volume 3 avait déjà été chroniqué sur LVM. Pourquoi y revenir aujourd’hui ? Parce que c’est très beau. Parce que même les réfractaires au minimaliste américain peuvent y trouver leur compte. Et parce que, de nouveau, le regroupement de pièces datées respectivement de 2002, 1977, 2006 et 1969 remet toute la carrière du compositeur en perspective. La pièce maîtresse, ici, c’est la transcription pour piano de la musique du film The Hours, de Stephen Dandry, avec Meryl Streep, Julianne Moore et Nicole Kidman. Celle-ci y incarne Virginia Woolf, jusqu’à son suicide en 1941.

Chez Philip Glass, comme dans « L’Age De Glace », les personnages sont toujours plus ou moins les mêmes : progressions harmoniques, arpèges… Mais ici, ils n’apparaissent qu’en filigrane, au détour d’une phrase, et je pense qu’une écoute en aveugle réserverait bien des surprises aux allergiques. Nicolas Horvath joue tout cela avec la même précision que dans le volume précédent, et la même indifférence aux « canons » du minimalisme, qui rejette l’ancienne vision, très mécanique, qui dominait dans l’interprétation de cette musique. On dirait du Liszt, quelquefois… Mais on aura l’occasion d’en reparler lors de la publication d’une interview avec le pianiste. Pour compléter le programme : Modern Love Waltz (une valse de Vienne à la sauce répétitive, comme un réveillon de Nouvel An mis en boucle), Notes On A Scandal et Music In Fifths (retour à la radicalité minimaliste de la fin des années 60, tendance « Quand on me cherche, on me trouve »). Gageons que, dans le volume 5, on ne trouvera pas les signes de l’épuisement manifesté par Scrat & Compagnie dans leur dernier opus. Adieu le machairodus et le rhinocéros laineux, bienvenue au piano.



Grego Appelgate Edwards (Gappelagte - September 8th 2016) : Horvath does a fabulous job, Bravo to Horvath

I reviewed the second volume of Nicolas Horvath's Glassworks on November 2, 2015. Horvath showed me then that he was a rather brilliant interpreter of the "Etudes" that made up the volume--and indeed his technical prowess and imagination made the music come alive convincingly.

Today we have his Glassworks 4, On Love (Grand Piano 692) and it is very well performed. There are four works, the lengthy 47 minute "The Hours," a short "Modern Love Waltz," the World Premiere of the short "Notes on a Scandal" and the earlier, mesmerizing "Music in Fifths."

I come off repeated listenings of this volume with the same general feeling I get with much of his later work. Some seem a little schmaltzy, some a little too simplistic, while others stick in my memory as worthily wrought.

Once again Horvath does a fabulous job as the pianistic conduit, but at times there

is not a whole lot he can do with the music. When there is depth, all is well. When no, less so. About half of this album attracts me. The other half I can leave alone. Bravo to Horvath in any case!



Chris Morgan (Scene Magazine, November 2016)



As performed by acclaimed pianist Nicholas Horvath, these works are evocative, cinematic and filled with a pathos that defies easy definition. …Rather than simply reproducing incidental music, Horvath’s naked arrangement shines a light on the score, allowing listeners to appreciate the subtle aspects of the work, both on an emotional and technical level.



David Barker (Musicweb-international.com - july 2016)

"In some ways, this is a very easy review to write, as those immune to the sound-world of Philip Glass won’t have clicked on the link. Almost certainly I’m preaching to the converted, and I could simply conclude “yes, go and get this” and not say any more. However, our editor frowns upon brief reviews, so I need to find another two hundred and fifty words or so to avoid his wrath. Fortunately, that won’t be too difficult.

Surprisingly, the first three volumes in this series (GP690, GP691, GP692) have managed to bypass our reviewing team, myself included. I put my hand up for this because of the presence of the piano arrangement of The Hours, which I consider to be one of the finest film scores ever written. This recording includes all fourteen movements of the film-score. The only other recording to provide this is on Glass’s own Orange Mountain Music label, with his collaborator Michael Riesman playing (review). Valentina Lisitsa included eight of the movements in a well-received double CD of Glass piano pieces from last year (review). Horvath takes a much less emotional approach to the work than these two. He shaves two minutes from Lisitsa’s time in the final movement of The Hours, alone, and around ten minutes from Riesman overall. I feel this works well; while the film-score is highly emotional, which suits the lush orchestral scoring, the inbuilt repetitive nature suits a more restrained approach when played on the piano. This version doesn’t surmount the orchestral one, but is an interesting alternative which I will certainly listen to on a regular basis.

Of the three other pieces, Notes on a Scandal is from a film-score, and has much in common with music from The Hours, though less motoric. This single movement is an arrangement by Glass of two parts of the score. Modern Love Waltz was written to accompany a radio adaptation of Constance DeJong’s novel Modern Love, and then employed in the ballet score The Waltz Project. It is his only waltz, and is an intriguing mix of his style and the Viennese dance. Music in Fifths is something of an odd one out here. It is very much of his early highly repetitive style and seems to have little connection to the “love” theme of the CD.

Production values are very good: the Fazioli piano sounds quite beautiful, and the notes are informative, except in justifying the inclusion of the early piece. Perhaps it would have been better to have omitted the “On Love” sub-title. I will certainly be seeking out the earlier releases in this series.



Jean-Baptiste Baronian (Crescendo Magazine) Philip Glass arrangé et retranscrit : Son 9 – Livret 8 – Répertoire 8 – Interprétation 8

La plus importante partition du CD, dont il est une question ici, constitue un arrangement pour piano de la musique du film The Hours, forme une subtile et étonnante musique d’atmosphère et, chose paradoxale, donnent même l’impression d’être apaisantes



Infodad.Com (28 July 2016)

This is a CD for fans of the film and diehard Glass advocates, one of whom is the pianist, Nicolas Horvath.



Stéphane Renard (L'écho – 30 July 2016) 4/5

Nicolas Horvath poursuit l'intégrale des œuvres pour piano solo de Philip Glass. Son quatrième album est une invitation à la méditation. Ressourçant.



Michel Dutrieue ( klassiek-centraal - 17/08/16 ) **** Glassworlds, pianomuziek van Philip Glass : Warm aanbevolen.

De tijdloze melancholie van zijn met een BAFTA (British Academy of Film and Television Arts) bekroonde muziek voor de film “The Hours” uit 2002 vormt een organische suite aangedreven door drie krachtige karakters in de film, hier vervolledigd met drie ongepubliceerde bewegingen. De “Modern Love Waltz” uit 1977 breidt de grenzen van het minimalisme uit door de combinatie van de typische Glass stijl met de subtiele, Weense danstraditie. De transcriptie van de filmmuziek voor “Notes on a Scandal” (2006) is een première opname. Steve Reich beschreef de iconische “Music in Fifths” uit 1969 als de klank en energie van een voorbij razende goederentrein, een typisch Amerikaans beeld.



Murielle Fournier et Brigitte Dunwoody (Le BabillART - August 2016)

Le pianiste hors normes Nicolas Horvarth, 37 ans, est né à Monaco, a commencé à jouer du piano dès l’âge de 5 ans et à 15 ans il enseignait comme assistant de son professeur. Il a gagné 11 prix prestigieux à ce jour.Connu d’abord comme interprète de Liszt nous livre sur ce disque le projet de son intégrale de Philip Glass Glasswords—4 On Love



Jean-Marc Warszawski (musicologie.org 10 octobre 2016)

Nicolas Horvath, pianiste et compositeur qui semble, heureusement pour lui et nous,  avoir un peu de mal à entrer dans le rang, continue, avec ce quatrième album, à enregistrer les mondes pianistiques de Philip Glass, dont on fêtera les quatre-vingts ans l’an prochain.  Nicolas Horvath, qui aime les expériences scéniques, a d’ailleurs passé la nuit du 1er au 2 octobre 2016 à la philharmonie de Paris pour jouer l’intégrale des œuvres pour piano du compositeur américain.  Que les nationalistes ne prennent pas ombrage, fin juin 2015, le pianiste a passé la nuit à la Maison de la radio pour interpréter les Vexations composées en 1893 par Érik Satie, qui consistent en 840 reprises d’une  phrase musicale, pour une durée selon le tempo qui varie 12 et 24 heures.

Au programme de cet album qui ne dure pas toute la nuit, mais qu’on peut faire tourner plus de 840 fois, Nicolas Horvath a choisi The Hours, œuvre en 14 numéros, composée en 2002 pour le film du même nom de Stephen Daldry. À l’origine, cette œuvre qui fut remarquée et applaudie a été composée pour un quatuor à corde (un seul violon et une contrebasse) avec piano. Les arrangements pour piano sont de Michael Riesman (le pianiste de la création) et Nico Muhli.

La Modern Love Waltz date de 1977, n’est pas une musique de film, mais une musique radiophonique, pour la lecture d’un roman de Constance Dejong : Modern Love (elle sera la librettiste de l’opéra Satyagraha, créé par Philip Glass à Rotterdam en 1980). C’est une des premières œuvres de Glass restées au répertoire des pianistes.

Notes on a scandal, est également une musique (fêtée) de film, celle, en 2006, de  de Richard Eyre, inspiré du roman de Zoë Heller. La partition originale a été transcrite pour piano en 2007 par le compositeur. Il s’agit ici du premier enregistrement mondial.

La musique de Philip Glass n’est ni minimaliste ni répétitive, il serait difficile de dire par rapport à quoi elle le serait, même si la répétition modulaire en est un élément de formalisation essentiel. Personnellement nous préférons penser à la contraction de la musique tonale qui commence à s’opérer avec Brahms puis l’expressionnisme, une musique à l’image d’un monde qui ne se développe plus et ressasse ses poncifs, une espèce d’indifférence, comme les dernières notes de Wozzeck, l’opéra de Berg. Une manière de continuer à planer après le camisolage de la fureur bienheureuse des années 1968.

Pour Nicolas Horvath, le thème de ce cédé est l'amour. Contemplatif ? Routinier ?



The Naxos Chart - July 2016 : Naxos Top 20 Bestsellers



Gramola.at

Die inzwischen vierte Folge der Gesamteinspielung der Klavierwerke des Komponisten Philip Glass durch den monegassischen Meistervirtuosen Nicolas Horvath widmet sich ganz und gar dem universalen Thema Liebe.

Von originären Klavierkompositionen bis hin zur Transkription von Filmmusiksoundtracks ist wieder das ganze breite musikalische Spektrum vertreten, das Glass' Klangrede beim Publikum so außerordentlich beliebt macht.

Vierte Folge der Gesamteinspielung der Klavierwerke des Komponisten Philip Glass durch den monegassischen Meistervirtuosen Nicolas Horvath widmet sich ganz und gVon originären Klavierkompositionen bis hin zur Transkription von Filmmusiksoundtracks ist wieder das ganze breite musikalische Spektrum vertreten, das Glass' Klangrede beim Publikum so außerordentlich beliebt macht.ar dem universalen Thema Liebe.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire